News & actualités
Lundi 11 Avr 2016

Enquête logement : un urbanisme plat comme horizon

 

Le ministère de l’Habitat et de la politique de la ville a organisé, à son siège, un séminaire relatif à la présentation des résultats de l’enquête logement au niveau national. La maison marocaine moderne est toujours prédominante dans l’espace urbain et la tendance de l’étalement des villes confirmée.
 

Cette manifestation a été présidée par le ministre Mohammed Nabil Benabdellah et a vu la participation des partenaires et intervenants du secteur de l’habitat et de la politique de la ville, tels que les représentants des départements ministériels, les organismes et établissements publics, les institutions bancaires, les associations et fédérations professionnelles, les organes de presse ainsi que les responsables du ministère.
Le département de l’habitat et de la politique de la ville a réalisé une seconde enquête du parc logements, dix ans après la première réalisée en 2000, avec ses deux composantes constructions et logements. Les objectifs essentiels de cette enquête, qui figure actuellement parmi les études stratégiques élaborées par ce ministère, consistent en la quantification du parc logements avec ses deux composantes : constructions et logements, l’évaluation de l’évolution du parc selon la typologie du logement, la détermination des actions stratégiques pour anticiper la dynamique du parc dans les années à venir, ainsi que l’évaluation du parc vacant avec les raisons de la vacance.
Cette enquête logement a été réalisée en milieu urbain au niveau national, auprès d’un échantillon de 16 000 logements occupés à titre principal et 9864 logements vacants. Le champ de l’étude est constitué de l’ensemble des territoires urbains avec un regard particulier sur les villes chefs-lieux des régions ainsi que les villes importantes.
L’enquête a traité l’ensemble des caractéristiques qui composent le parc logements, elle a permis d’estimer le nombre global des constructions à 3 610 428 et des logements à 5 829 560 au niveau national, contre 2 507 441 et 4 023 725 en 2000. Ce qui représente une production annuelle moyenne de près de 91 000 constructions et de 150 000 logements. Les régions du Grand Casablanca, Rabat Salé Zemmour Zaër, Tanger Tétouan, Souss Massa Drâa, Marrakech Tensift Al Haouz, Oriental, Meknès Tafilalet et Fès Boulemane abritent 80% du parc logements global, 13 villes détiennent 57% du parc urbain national.
 

Le parc logements urbain est essentiellement occupé à titre de résidence principale (79% en 2012 contre 75% en 2000). Les proportions des logements secondaires, vacants et professionnels sont estimées respectivement à 6%, 9% et 3% en 2012 contre 3%, 12% et 10% en 2000. L’étude a relevé que le parc logements urbain a gagné en superficie depuis l’année 2000 passant de 91 m² à 102 m², avec un taux d’équipement élevé dépassant les 90 % (eau potable, électricité, assainissement, cuisine), 516 841 logements font partie du parc vacant, dont 56% sont inoccupés depuis plus de 2 années.
En matière de typologie, on relève la prédominance de la maison marocaine moderne (63% en 2012 contre 65% en 2000) entraînant un niveau faible de densité et de rentabilisation du foncier. Ainsi, les villes marocaines ont une urbanisation à tendance horizontale dans la mesure où 60% du parc construction global a au plus deux niveaux. Le parc logement urbain au Maroc est relativement jeune avec 68% des logements ayant moins de 30 ans d’âge, et présente des taux d’équipements élevés : 95% pour l’eau potable, 97% pour l’électricité, 91% pour l’assainissement, 98% pour la cuisine, 99% pour les sanitaires et 61% pour la salle de bain.
En outre, des éléments majeurs ressortent de l’enquête :
• progression de l’appartement en immeuble (25% en 2012 contre 14% en 2000),

• forte régression des constructions sommaires ou bidonvilles grâce au programme national « Villes Sans Bidonvilles » (5% en 2012 contre 10% en 2000), • 67% des ménages urbains marocains sont propriétaires de leur logement en 2012 contre 63% en 2000. Cette appropriation s’est faite principalement à travers l’autopromotion.
L’évaluation des caractéristiques du parc logement a aussi permis d’approcher le phénomène d’insalubrité selon divers niveaux : il ressort que 554 203 logements sont confrontés à des problématiques liées à ce phénomène. Il s’agit de : l’habitat non réglementaire, l’habitat menaçant ruine, l’habitat se trouvant dans des zones à risques et le reliquat des bidonvilles. Parallèlement à cela, les résultats de l’enquête montrent l’existence d’un lien très important entre le type d’habitat et le niveau de revenu des ménages.

La rédaction

 

Paru dans CDM Chantiers du Maroc – n° 136 – Février 2016

Source :http://www.archimedia.ma/avis-paroles-dexperts/urbanisme/20653-enquete-logement-un-urbanisme-plat-comme-horizon-

Newsletter

Espace presse

Sponsor Officiel

Sponsors Silver

Partenaires